Demain est une autre vie, de Thierry Serfaty

Publié le par Fanny

Same player, shoot again

 

demainautrevie.jpg

Présentation éditeur : Jamie Byrne, au volant de sa voiture sous une pluie battante, vient de griller un feu rouge, et freine trop tard. Le choc est mortel. En quelques secondes, il voit sa vie défiler devant lui : son seul regret, ne pas avoir su quitter à temps la femme qui ne l aime plus et lui a toujours refusé les enfants dont il rêvait.

Jamie s éveille en sursaut et regarde autour de lui. Il est vivant, dans sa maison, et sa voiture est intacte. Une sublime jeune femme l enlace et l embrasse tendrement, deux jeunes garçons lui sautent au cou. Jamie est incapable de prononcer un mot... et pour cause : cette femme merveilleuse et ces enfants, il ne les a jamais vus !
Est-ce son rêve qui s accomplit ou bien son cauchemar qui commence ?
Au bout d un suspense mené à un rythme infernal, Jamie Byrne saura ce que sa quête lui réserve : la destruction finale, ou l amour ultime.

 

 

 

 Chirurgien de renom, Jamie Byrne s’épanouit dans sa vie professionnelle, mais à l’inverse de sa vie privée : il trompe sa femme Inès (qui lui a avoué franchement ne plus l’aimer) et sa solitude avec une jeune femme à laquelle il n’est pas particulièrement attaché.

Victime d’un grave accident de la route, il se réveille soudainement père de famille, marié à Meredith, une femme aimante, mais qu’il ne connait pas… Passé le premier choc, il en vient à se demander quelle est sa véritable vie, celle d’avant ou d’après l’accident, et décide d’aller consulter son meilleur ami Tobey, psychologue de son état, qui lui apprend qu’il n’en est pas à ses premiers troubles de la mémoire…

Cette nouvelle vie a l’air bien plus séduisante que l’ancienne, mais un coup de fil va soudainement tout faire basculer et plonger Jamie dans une sombre machination…

 

A partir d’un pitch de départ qui me fait penser à celui du film Family man (que je n’ai pas vu pour ma part au passage…) Thierry Serfaty nous emmène rapidement sur un thriller d’assez bonne facture, où le héros doit se battre contre les apparences, à la façon par exemple de L’Analyste, de John Katzenbach, de Robe de marié, de Pierre Lemaître, ou encore de Monster, de Patrick Bauwen. Tout en se fondant peu à peu dans cet « univers parallèle » au sein duquel il se sentirait sans nul doute plus heureux s’il n’était pas confronté aux événements  actuels.

 

Outre le début et la fin du livre, la construction du roman est assez classique : chapitres courts et rythmés, enquêtes, courses-poursuites, révélations finales (que j’avais trouvées toutes seule, je suis toujours fière de moi quand ça m’arrive !)

Et bien sûr à la fin quelques chapitres un peu différents : l’explication (un poil décevante à mon goût) sur quelle est la « vraie réalité » (ça fait pléonasme dit comme ça…), une réflexion sur les choix de vie, et, dans le tout dernier chapitre, une conclusion plutôt jolie et positive…

 

Bref, un bon petit thriller, par forcément à la hauteur d’autres livres de Thierry Serfaty (Peur reste mon préféré pour le moment), mais qui m’a néanmoins permis de passer un bon moment !

 

 

 

 

Commenter cet article