Les Chevaliers d'Emeraude, d'Anne Robillard

Publié le par Fanny

Courage, honneur, justice !

 

chevaliersemeraude.jpgPrésentation éditeur (tome 1) : L'Empereur Noir, Amecareth, a levé ses armées monstrueuses pour envahir les royaumes du continent d'Endikiev. Bientôt, la terre de Shola subit les attaques féroces des sinistres dragons et des impitoyables hommes-insectes. Pourquoi les troupes d'Amecareth reviennent-elles sur le continent après des siècles de paix pour mettre à feu et à sang le royaume glacé de Shola ? Les sept Chevaliers d'Emeraude - six hommes et une femme - sont les seuls à pouvoir percer ce mystère, inverser le destin et repousser les forces du mal. Leur quête périlleuse commence alors. Ils devront pour cela accomplir l'étrange prophétie qui lie Kira, une petite fille de 2 ans, au sort du monde... Dans la lignée du Seigneur des anneaux et Eragon, voici le premier tome d'une saga fantastique qui réveille des temps lointains peuplés d'elfes, de fées et de magiciens.

 

Lorsque le peuple insecte, mené par le puissant Empereur Amecareth, projette, des centaines d’années après une première tentative, d’essayer d’envahir le continent d’Enkidiev, où cohabitent humains, elfes, fées et autres créatures, le Roi d’Emeraude (l’un des pays d’Enkidiev) doit ressusciter un vieil ordre de chevaliers aux pouvoirs magiques, les Chevaliers d’Emeraude. Ceux-ci devront protéger tous les royaumes afin de mener à bien une prophétie annonçant que le Porteur de lumière, protégé par la Princesse sans royaume, pourront arriver à bout de l’Empereur noir. Mais encore faut-il survivre jusqu’à son accomplissement ! Et composer avec des dieux ou des immortels pas toujours disposés à prendre parti…

S’ils sont seulement 7 dans le premier tome, à la fin du douzième, près de 250 chevaliers seront prêts à donner leur vie pour Enkidiev, sans compter toute la galerie de personnages gravitant autour de l’ordre…

 

Ecrite à destination du jeune public (je pense que l’on peut les lire à partir de 11-12 ans), cette série de fantasy, assez facile d’accès malgré la profusion de noms dès que l’on avance un peu dans l’histoire, véhicule des valeurs positives telles que le courage, le sens de la justice, l’importance de l’amitié…

Ces idées sont assez classiques dans les récits jeunesse sans doute, le monde en lui-même ne révolutionne pas le genre, mais pourtant cela fonctionne. On accroche aux personnages, on a ses chouchous (pas forcément les mêmes pour tout le monde, pour ma part, mon chevalier préférée est une femme, Swan), on frémit avec eux dans leurs aventures, et parfois les cœurs de midinettes se réveillent à la lecture de leurs histoires d’amour… Personnellement j’en suis même venue, dans les derniers tomes de la série, à éprouver un peu d’empathie pour Amecareth, le grand méchant de l’histoire.

 

Du bon sentiment oui, mais qui fait du bien parfois, et qui n’exclue pas quelques morts (peut-être pas assez au vu du nombre de combats, même si les Chevaliers d’Emeraude sont une troupe d’élite), parfois assez dures à encaisser pour le lecteur (voir le tome 11 notamment).

 

Cette série, qui nous vient du Québec, a fait l’objet d’un véritable engouement. Des animations se sont développées autour du monde, par exemple, des comédiens personnifiant les personnages accompagnent Anne Robillard lors de ses tournées promotionnelles… D’ailleurs, j’ai beau avoir dépassé l’adolescence depuis quelques années maintenant, je me suis amusée, lors d’une séance de dédicace, à me faire prendre en photo avec les Chevaliers et à faire signer mon livre à tous les personnages présents…

 

A noter qu’il existe une suite, Les Héritiers d’Enkidiev, et qu’une BD, narrant l’enfance et l’apprentissage des premiers Chevaliers, vient de sortir.

Commenter cet article